Qui veut en interne la peau de Jean-Marie Le Pen ?

Compte Marine Le Pen RBM evolution2Par Breizatao et Minute (lien source) :
Le « quotidien de l’Etat national breton » Breizatao a publié Vendredi 13 Juin 2014 un article, reprise d’une information de Minute  sur le supposé instigateur du complot interne au Front visant à faire tomber Jean-Marie LE PEN. Selon les deux organes d’information nationalistes il s’agirait du Vice-Président du FN à la Communication, Eurodéputé et Conseiller Municipal d’opposition de Forbach, Florian Philippot, transfuge chevènementiste rapproché de l’actuelle patronne du parti par l’intermédiaire de Paul-Marie COUTEAUX, Président du SIEL, composante majeure du RBM. En outre, Breizatao fait également état de sa qualité de gaulliste revendiqué, mais aussi sexuelle, tout comme pour un autre éminent cadre mariniste au sein de l’organisation de Nanterre, déjà présenté comme tel par le livre interdit d’Octave NITKOWSKI « Le Front National des villes et le Front National des champs » et qui serait de mèche dans l’entreprise de joyeuse destruction initiée par la nouvelle communication et stratégie. Etonnant d’ailleurs d’avoir alors laissé passer une vidéo polémique où il aurait fallu, selon la patronne du front, estimer les « potentiels risques de dérapage prêté », alors que le Journal de Bord de Jean-Marie LE PEN est systématiquement soumis à la censure à priori et approbation de l’avocat du Front, Wallerand de ST JUST.
Il est dit que « Philippot entendait lancer par un titre de presse complaisant, comme Valeurs Actuelles, un sondage assassin contre Le Pen afin de lancer la mise au ban de ce dernier et la normalisation du parti. » Ce fameux sondage  a eu en effet but de déstabiliser le Président d’honneur et fondateur du FN à la suite de sa publication d’une lettre ouverte adressée à sa fille  visant notamment à lui rappeler les scandales similaires provoqués par sa présence à un bal nationaliste à Vienne ou bien par ses déclarations sur les prières de rue.
Breizatao et Minute décrivent ainsi le plan de l’énarque pour faire sauter le Menhir :
“L’aspect politique est bien sûr la mi­se sur la touche de Jean-Marie Le Pen, qui pourrait s’accompagner de départs de militants historiques – il en reste encore… –, sans compter la capacité de nuisance du « Vieux ». Philippot, persuadé, comme Marine, que Jean-Marie Le Pen serait moins « nuisible » à l’extérieur qu’à l’intérieur du mouvement, a sa petite idée pour résoudre le problème : s’appuyer sur l’opinion.
Il n’attend que le feu vert de Marine pour commander un sondage qui pourrait être confié à l’Ifop, où son frè­re, Damien – que Marine Le Pen connaît bien – travaille comme directeur des études politiques. Deux questions ont été envisagées afin de procurer à la présidente du FN le socle de « légitimité » populaire dont elle a besoin pour procéder à son coup d’Etat in­terne : « Souhaitez-vous que le Front national change de nom ? » – autre option : « Souhaitez-vous que Marine Le Pen crée un nouveau parti politique ? » –, et : « Souhaitez-vous que Jean-Marie Le Pen quitte la vie politique ? »

Si les résultats sont passivement favorables à cette stratégie, ce dont Florian Philippot ne doute pas, celui-ci n’aurait plus, pour forcer la décision des adhérents frontistes les plus récalcitrants, qu’à les rendre publics, accompagnés d’une analyse établissant que Marine Le Pen aurait tout à gagner à cette double mutation.
Le support pour cette publication est même déjà prévu : l’ensemble, assassin pour Jean-Marie Le Pen, qui en ressortirait doté de l’image de « has been », voire de « boulet », pourrait paraître dans les colonnes de l’hebdomadaire « Valeurs actuelles », déjà partenaire de l’Ifop pour les sondages qu’il publie régulièrement et tellement en phase avec l’ascension du « courant national » que Jean-Marie Le Pen se plaignait récemment (1) que les idées portées par Marine Le Pen et lui-même ne disposent que de peu de relais médiatiques, « à part quelques amis comme “Présent“, quelques hebdomadaires même, comme “Valeurs actuelles“ ».”

Vers la disparition du FN ?

Le but du transfuge de la Gauche souverainiste molle serait en outre de transformer le XV° congrès en une véritable démonstration de force et d’épuration des instances du parti. Notamment les 45% de gollnischiens élus au Comité Central en 2011. Le but est donc de « transformer ce 15e congrès en « Merci Jean-Marie, vive Marine ! », et à substituer au Front national un nouveau parti, au­quel on ne pourra reprocher aucun historique fâcheux. Une nouvelle organisation politique dans laquelle Jean-Marie Le Pen n’aurait aucun rôle et qui pourrait être le Rassemblement Bleu Marine, créé en 2012. Le RBM précise dans sa charte : « Tous les citoyens français sans distinction d’origine, de race ou de religion sont égaux devant la loi. »
Officiellement, cette « structure d’accueil pour tous les patriotes amoureux de la France […] n’est pas un parti politique et n’a pas vocation à le devenir ». Jean-Marie Le Pen, à qui on ne la fait pas, n’y a jamais cru et ne cesse de pilonner le RBM, « formation bizarre, sans consistance ». Il avait même affirmé en 2012 que, le RBM, c’est « pour les tièdes, les chauds vont au FN ».
Cette perspective nécessite de régler deux aspects : l’un technique, l’au­tre politique. En vertu des 3 524 268 voix que les candidats FN ou RBM ont re­cueillies aux élections législatives de 2012, l’Etat verse à la formation mariniste 5 460 388,32 euros par an pendant toute la durée de la législature. C’est le Front national qui les perçoit. De même est-ce le FN qui encaisse les adhésions des militants, mais la tenue d’un con­grès en fin d’année, comme cela est pré­vu, atténue la possible perte financière, la réduisant à 1/12e. Au renouvellement des adhésions un mois plus tard, le 1er janvier 2015, les marinistes cotise­raient au nouveau parti. »

Des manœuvres sur twitter semblent corroborer cette thèse.

Jusqu’à présent, Marine LE PEN se reposait sur un important dispositif d’information sur les réseaux sociaux et dans ce dernier, son compte twitter @MLP_officiel , sur lequel son staff comme elle tweetaient de temps en temps et qui était l’un des principaux pilliers.

De source sûre, la Présidente du Front disposerait également d’un troll personnel où cette dernière pourrait suivre en toute discrétion x ou y sur le réseau, mais ce n’est pas le plus intéressant. Non, ce qui est intéressant, c’est la toute récente apparition d’un autre twitter à son nom : @MarinelepenRBM , copie parfaite de son compte dit « officiel » et qui est apparu le Vendredi 13 Juin… date de l’article polémique de Breizatao. L’article de Breizatao devant nettement plus inquiéter que l’article source de Minute vu que le journal nationaliste breton dispose sans doute de meilleurs réseaux de diffusion internet que ce dernier. A cette heure, aucun des deux articles n’a fait l’objet d’attaques et commentaires de la part des instances marinistes, qui ont pris depuis un moment comme stratégie de se souvenir « qu’en bien ou en mal, l’essentiel c’est qu’on en parle » et qu’il n’est par conséquent pas bon d’y donner une quelconque tribune médiatique. Un compte qui a retweeté comme première figure nationale retweetée… Florian Philippot, ça ne s’invente pas, et qui semble avoir la frénésie des abonnements puisqu’avec seulement 3 jours d’existence, ce dernier compte 1172 abonnements pour seulement 7 tweets et 199 abonnés alors que l’officiel pour plus de 250.000 abonnés ne compte que… 2458 abonnements, Marine LE PEN y étant là inscrite depuis… Novembre 2010. Sous la pression des interrogations des militants, adhérents et sympathisants, le compte a finalement rajouté « Page de soutien » en bio pour couper court à toute polémique. Dernier détail amusant : le choix de la couverture. Plutôt que de se contenter de reprendre la même que celle qui figure sur le compte officiel, une couverture des têtes de listes aux Européennes du 25 Mai 2014 a été placée. Et de ce fait, en l’ajoutant au dessus de la photo de la patronne du Front, qui voit-on de manière subliminale collé à elle ? Florian Philippot, dans la symbolique « plus proche d’elle que le père désormais ».

Share Button